Traitement du traumatisme

Chacun peut un jour vivre un événement qu’il ne peut assimiler. Trop difficile, trop terrible. Cet événement est à l’origine d’un certain nombre de symptômes et de dysfonctionnements qui sont le signe d’un traumatisme.

Une séance en hypnothérapie de résolution du traumatisme a le plus souvent des effets spectaculaires pour la vie de la personne.

Comment est-ce possible ? Et au delà, que se passe-t-il ensuite ?

Dans l’exemple ci dessous, la particularité est que la personne qui vient me voir, n’a plus de souvenir de l’événement à l’origine du traumatisme. Seulement une conviction profonde qu’il s’est déroulé.

Et pourtant, cela n’empêche pas le travail…

Je rencontre Christian* pour la première fois. Cet homme a construit sa vie, mais en ce moment, tout est remis en cause. Il est conscient d’avoir certains symptômes, depuis longtemps, qui le parasitent, l’amènent à avoir des comportements qu’il réprouve.

Il sent qu’il y a un événement particulier de son passé qui est à l’origine de toutes ces difficultés. Mais, il n’en a pas le souvenir. Peut-être des bribes ? Il vient me voir parce qu’il pense qu’avec l’hypnose, on peut retrouver un souvenir perdu.

On peut en effet. Mais je lui réponds que si l’inconscient crée une amnésie de quelque chose, il a sans doute de bonnes raisons de le faire. Et si on retrouve le souvenir de cet événement enfoui, qu’en faire ? Je lui demande d’orienter son attention vers cet événement, qu’il ne connaît pas, mais dont il connaît l’existence. Une forte émotion arrive, presqu’immédiatement.

L’événement dans le passé qui n’a pas pu être assimilé lorsqu’il a été vécu, crée une dissociation. La personne qui le vit se scinde, pour y survivre. Et ça marche bien, sur le moment.

Mais la dissociation demeure dans le temps : une partie de la personne reste dans l’événement. Elle le vit au présent, encore, et encore, intacte, à l’état brut.

Et il y a ces symptômes aujourd’hui. Cette forte émotion à l’évocation de l’événement. Le sentiment de culpabilité. Ce sont là les critères qui évoquent le traumatisme.

Dans le cas de Christian, la difficulté apparente est l’absence de souvenirs. Mais, comme nous allons le voir, ce n’est pas un frein au travail avec l’inconscient.

Une fois Christian en transe profonde, je vérifie qu’il y a bien un événement à l’origine de tous les symptômes décrits par Christian quelques minutes plus tôt. J’ai en effet au préalable installé un moyen pour communiquer directement avec l’inconscient, en utilisant les petits gestes spontanés des doigts de ses mains.

Il existe en effet un tel événement…

Je demande à l’inconscient de maintenir l’amnésie, de « continuer de protéger l’esprit conscient de Christian de tout les détails dont il est nécessaire de le protéger. » Si je veux travailler avec lui, autant montrer à l’inconscient que je collabore avec l’excellent boulot qu’il fait, et que je reconnais la pertinence de sa protection !

Dans une bulle étanche, opaque, je lui demande de placer cet événement. Christian ne peut ni le voir, ni l’entendre, ni le sentir.

Dans cette bulle, je demande à l’inconscient de projeter une image du Christian d’aujourd’hui, avec ses ressources, ses forces, ses capacités d’adulte. Puis je demande à l’inconscient de dérouler à nouveau l’événement dans la bulle étanche. Mais cette fois l’adulte est là, il guide et accompagne le petit Christian du passé. Il l’aide à transformer l’événement, à en apprendre quelque chose de nouveau, à en faire une ressource pour son futur.

L’inconscient re-déroule l’événement. Je vois des larmes couler sur le visage de Christian. J’accompagne… Puis, au bout d’un certain temps, le visage s’apaise. L’inconscient me fait signe que le déroulé est terminé.

Vient alors la phase de ré-intégration de la partie libérée de l’événement passé. Un moment d’accueil, de réunion, accompagné d’émotion…

Une séance utilisant le protocole « trauma » en hypnothérapie permet de mettre un terme à la dissociation. La partie de la personne prise dans l’événement reçoit les ressources dont elle a besoin pour le transformer, en sortir et se réunir à qui elle est aujourd’hui, pour former de nouveau un tout.

Cette réunion a le plus souvent des effets importants dans la vie de la personne, et quasi immédiat : cessation ou diminution des symptômes, récupération de ressources, de vitalité, d’énergie, de capacités provenant de la partie réunie, changement de perspective à propos de sa vie, prise de décisions.

2eme séance

Christian revient une semaine après. Dés le contact oculaire, je vois un autre homme, la joie dans les yeux et très chaleureux. Il me raconte comment, en une semaine, sa vie a changé : « c’est comme de voir ma vie d’un angle complètement différent ». Renversement de situation personnelle, rupture avec des comportements de compensation, retrouvailles avec des personnes importantes de sa vie. Que reste-t-il?

Il me parle de dépression, qui revient par vagues, qu’il savait compenser, mais il ne veut plus. Il me parle de cette « patate au ventre ». De sa vie nouvelle. Et je lui demande ce qu’il veut faire de sa vie nouvelle. « Être propre. » Il voudrait : « que le « petit Christian » comprenne que maintenant on est grand, on a des enfants et qu’on doit avoir un comportement d’adulte pour le temps qui me reste à vivre. D’ailleurs je le sens maintenant ce bonheur, mais des fois ça pollue. »

Je l’ai amené progressivement pendant cette conversation à développer la transe. Le petit Christian est « assis dans son coin, là-bas » dans la pièce où nous nous trouvons. « Et au fur et à mesure que vous continuez à aller en transe comme vous êtes en train de le faire, vous pouvez l’observer, là, assis, tel qu’il est… Et les sensations et les émotions de la patate, vous pouvez les mettre avec lui, les souffler à l’extérieur, là-bas dans le passé et les regarder également, alors que vous êtes assis là en toute sécurité à coté de moi… »

« Et entre vous là et le petit Christian là-bas, il y a une certaine distance, et je vous invite à accomplir le chemin vers lui… »

Je touche très doucement le poignet de Christian et très lentement, je soulève son bras jusqu’à une certaine position dans l’espace. Et progressivement, je cesse le contact. J’obtiens alors, ce qu’on nomme une catalepsie : le bras est immobile, comme celui d’une statue.

Puis je demande à l’inconscient de faire descendre progressivement le bras. Et lorsque le bras commence à bouger, avec des petits mouvements en saccades, typiques de l’inconscient, j’associe le mouvement du bras au chemin que le Christian adulte fait pour rejoindre le petit Christian. Jusqu’au contact.

Commence alors une rencontre, une conversation, et un voyage. Le Christian adulte amène le petit Christian dans son futur, et lui montre quel adulte il deviendra : quelle vie il construira. Et au cours de ce voyage, le petit Christian change, grandit… devient le « jeune Christian ».

C’est un travail sur l’identité que nous faisons là.

 

Une émotion traverse alors Christian. J’accompagne: « … l’inconscient peut vraiment laisser cette émotion aller jusqu’à son terme, jusqu’à ce moment où elle se transforme, et lui permettre de devenir quelque chose de nouveau… ». Puis approfondissement de la transe.

J’utilise alors un protocole hypnotique sur l’émotion. Travail très profond : j’installe avec l’inconscient un traitement automatique d’apport de ressources et de transformation de l’émotion. Il s’agit de ce que Christian a appelé plus tôt, la « patate au ventre ».

« Parce que c’est certainement pas pour rien qu’elle s’appelle patate, non ? Une patate, une pomme de terre, ça se plante dans la terre et avec de l’eau, avec du soin, avec un peu de soleil, de chaleur, avec la terre autour qui la protège, la nourrit, avec toutes les bactéries et tout ce qui est mort à l’intérieur de la terre, toutes les cendres, le compost, elle développe des racines, elle verdit, elle change de couleur, et alors, elle devient toxique, pour certaines personnes, qui ne peuvent plus la manger, et elle pousse. C’est finit la patate comme elle était avant ! »

Je demande à l’inconscient de permettre à cette patate au fur et à mesure qu’elle se transforme à l’intérieur de la terre « de changer sa couleur, et au fur et à mesure que cette couleur se transforme, que la patate développe des tiges, des feuilles, des racines de plus en plus profondes, l’émotion et la sensation de son message se transforment pour devenir à l’intérieur un autre genre d’émotion et de sensation… »

(Pendant tout ce temps, Christian est en transe profonde. Son inconscient développe des ressources, transforme l’émotion en quelque chose d’autre, de plus adapté à ce qu’il a besoin. Lui seul sait quoi et comment. C’est pourquoi le langage hypnothique que j’utilise est un langage de structure, quasiment vide de contenu: c’est une invitation pour l’inconscient à créer le contenu qui fait sens pour lui…)

Le temps passe, dans le futur bien sûr il y aura du vent, de la pluie, de la grêle. Certaines feuilles, certaines racines seront abîmées, peut-être détruites. Et ce sera à chaque fois l’occasion, pour la plante qui pousse, d’apprendre, de se renforcer, de se développer encore mieux, encore plus puissante, encore plus enracinée.

Je demande alors à l’inconscient de permettre au Christian adulte d’amener le petit Christian devant cette plante qui pousse, « pour lui permettre de comprendre encore différemment qui il deviendra. »

 

Commence alors un travail de reparentage : Le Christian adulte construit un jardin pour le petit Christian, dont la plante qui a poussée depuis cette patate occupe le centre. Il enseigne au petit Christian les gestes dont il a besoin pour s’occuper d’un jardin.

« Il y a tellement de fruits différents qui poussent dans les arbres du jardin, tellement de choses à faire, s’occuper des feuilles mortes, faire du feu, les brûler, répandre la cendre au pieds des arbres, ça aide les arbres à pousser, ça renforce les plantes, c’est de la nourriture pour elles… »

Je demande à l’inconscient d’accélérer le processus à l’intérieur du « temps spécial dans lequel se trouve ce jardin » avec transfert des connaissances et ressources du Christian adulte au Christian plus jeune « afin de lui permettre de grandir en même temps que le jardin et les plantes du jardin… à travers les saisons, la course du soleil dans le ciel, la neige, la pluie, les printemps, regarde-le comme il s’amuse bien, comme il apprend, comme il grandit… ».

Puis lorsque c’est le bon moment, l’inconscient permet au Christian adulte de laisser le plus jeune continuer de grandir et d’apprendre sans lui. Il pourra lui rendre visite, il gardera un œil sur le jardin. « et chaque fois que le petit Christian l’appelle, il saura quoi faire pour l’aider exactement comme le jardin sait quoi faire pour la plante qui a poussé à travers le temps et l’espace depuis cette patate là… » Et lorsque le Christian adulte a dit au revoir au plus jeune Christian afin de lui permettre maintenant de grandir seul à sa façon, je l’invite à observer le jardin depuis l’extérieur « et de cet autre point de vue, c’est tellement intéressant de voir comment le petit Christian a changé, comment ses mains au contact de la terre ont changé, son corps s’est renforcé, sa connaissance du monde s’est transformée… »

Puis l’inconscient conduit l’adulte dans sa vie d’aujourd’hui et lui montre à quoi ressemble son jardin à lui. « C’est différent un jardin à 50 ans d’un jardin à 5, 10, 15 ou 20 ans. C’est spécial, ça a une énergie particulière. On peut vraiment alors profiter des murs anciens qui sont là, s’y reposer, s’y appuyer. Y installer, sous les branches des arbres qui protègent du soleil, des bancs confortables…en sachant qu’à l’intérieur du temps du passé, à l’intérieur du temps du présent et à l’intérieur du temps du futur, chacun a sa place. Et qu’à l’intérieur du jardin ne peut rentrer que ce qui est bon pour le jardin : c’est la règle du jeu. »

Enfin, je demande à l’inconscient de laisser partir pour Christian tout ce qui ne lui appartient pas à lui, et tout ce qui n’appartient pas au petit Christian, les croyances, les idées, les évènements, les choses qu’il n’a pas comprises, qu’il n’avait pas besoin de comprendre, qu’étaient pas à lui et de les confier au vent. « Et lorsque le jardin est complètement nettoyé par le vent on voit l’herbe briller dans la lumière, n’est ce pas ? La couleur change… »

* Le prénom a été modifié.